Catégorie : Long-métrage

« Destins croisés » vers une adaptation ciné ?

Un matin, j’ouvre ma boîte mail et je constate qu’un message provenant de mon site internet m’attendait. L’objet était une demande d’aide à la production d’un long-métrage… Vu ma structure et mon compte en banque, il est tout à fait impossible pour moi de financer ce type de projets (sinon, je l’aurais déjà fait pour moi).  Je m’apprétais à dire gentiment que mon banquier n’aime pas la démesure de certains montants, mais, piqué par la curiosité, je propose à mon interlocuteur d’en parler au téléphone. Le coup de fil durera plusieurs dizaines de minutes… J’étais alors embarqué dans l’adaptation ciné du premier tome de « destins croisés » écrit par Anne-Sophie Hennicker. Une œuvre fantastique qui démarre comme un teen movie ordinaire pour vite basculer dans le fanstasique et devenir de plus en plus dark à mesure que les épreuves s’accumulent. 3 styles dans un seul film, une ambition hollywoodienne, des passages déstabilisants, du glauque, vous l’aurez compris, l’histoire m’a plu !

Écrire un roman et un scénario sont deux disciplines bien différentes. C’est pourquoi, dans un premier temps, mon travail de script doctor a été de pousser l’auteure à faire en sorte que les règles d’écriture de scénario soient respectées (comme, par exemple, pas d’émotions intérieures, pas d’introspection, évoquer ce que l’on voit et uniquement ce que l’on voit, omettre les pensées des personnages pour ne décrire que leurs actions, etc.). C’était un travail aussi important que fastidieux, mais Anne-Sophie a toujours su répondre à mes requêtes et conseils avec enthousiasme.

Le deuxième travail était de nourrir la dramaturgie et les personnages avec des intrigues plus fortes, des caractères plus complexes et de densifier chaque scène, les agencer plus logiquement, éliminer le « trop » et étoffer le « pas assez ».

Et enfin, avec l’aide de Charlotte Remay qui est devenue, co-réalisatrice sur le projet avec moi-même, nous avons challengé les différentes prises de positions et décisions des personnages. L’intérêt étant de chercher à les connaître davantage et de valider nos décisions au travers de celles qu’on leur attribue. Elle aura su apporter le recul qui nous manquait à ce stade de l’évolution du scénario et aura relancé la machine pour aller encore plus loin.

Bref…

Le fameux mail était reçu fin septembre 2019… C’est loin… Mais nous n’avons pas chômé depuis et nous sommes actuellement dans la phase de recherche de producteurs. Comme un retour à la case départ pour Anne-Sophie finalement, mais avec un scénario qui a été transfiguré, qui a atteint sa pleine maturité et qui, nous l’espérons, rencontrera un producteur qui aura l’audace de nous suivre dans ce projet que l’on sait très ambitieux et qui nous tient à cœur !

Pour l’heure, l’Aube Actu de ce dimanche 3 janvier évoque notre entrevue dans laquelle nous parlions de notre film et, pour notre plus grand bonheur, nous avons eu droit à une double page dans leur quotidien… Autant dire que c’est un début d’année prometteur !

L’article est disponible ici en version abonnement par contre…

Hikikomori – La bande-annonce !

ça fait un moment que je vous en parle et que vous n’avez pas vu d’images du film « Hikikomori » de sophie attelann. Il est temps de rectifier cette bévue Et plutôt deux fois qu’une !

Je vous propose donc de découvrir le teaser du film, monté par fabrice manga et la bande-annonce, fraîchement sortie et montée par la réalisatrice elle-même !

Bon visionnage et on espère vous voir à une future projection !


Hikikomori, La Bande-annonce :


Hikikomori, Le teaser :

Hikikomori – Montage fini !

Le montage de « Hikikomori », le film de Sophie Attelann dont je vous parle depuis un petit moment maintenant,  est  enfin terminé !

Le long-métrage n’est pas encore fini. il manque les FX, la conformation des plans étalonnés et la finition du mix en 5.1 (s’il vous plait), mais la fin est proche !

Il est actuellement entre les mains du jury de Cannes pour savoir si il décroche la fameuse sélection tant convoitée ! Nous vous donnerons des nouvelles dès que nous en aurons. Pour le moment, nous croisons les doigts (et je ne vous raconte pas comme il est difficile de taper cet article avec les doigts croisés !).

le film est en train de subir les dernières touches de vernis qui le rendront encore plus « hikikomorien ». Ce n’est plus qu’une question de semaines à présent (il y a tout de même une quantité conséquente de plans truqués, cela risque de prendre un peu de temps encore).

Pour vous mettre  l’eau à la bouche, je vous poste l’affiche du film fraîchement dévoilée par la réalisatrice.

à bientôt pour un prochain article qui, soit vous apprendra fièrement que le film est sélectionné, soit (et tout aussi fièrement ) qu’une projection du film est prévue.

Restez donc connectés pour découvrir les aventures de Camille (interprétée par Coline Chantrel) !

Ce week-end, nous avons Hikikomoré

Une fin de semaine très productive pour le film « Hikikomori » !

Sophie Attelann  (la réalisatrice) et moi-même, avons coupé sans merci, déstructuré pour structurer, rythmé en arythmie, étiré le temps, créé l’instant, les pauses et les accélérations.
nous avons séparé, lié, déplacé, remplacé, supprimé, ajouté.
Nous avons semé les traces que nous vous invitons à suivre pour mieux vous perdre dans le film, et vous retrouver ensuite.
nous avons posé les bases de l’esthétique, des sensations, de l’angoisse, de l’asphyxie, du sensuel, du gênant, du mal-être, du beau, bref… nous avons Hikikomoré en flirtant avec le poétique.

Ce long-métrage atypique montre déjà une personnalité forte et revendiquée alors que nous n’en sommes qu’à un bout à bout – bien entamé certes, mais loin d’être fini.

Je découvre donc, avec plaisir, que le montage est une étape importante de ce métrage… Comme pour tous les films me direz-vous, mais là, ce que la réalisatrice désire, c’est que l’on s’amuse avec la chronologie, les temps morts, les pauses théâtrales, les ruptures et les envolées. Croyez-moi quand je vous dis qu’il n’est pas nécessaire de me le dire deux fois !

Non, décidément, nous allons nous amuser et vous proposer un film qui devrait vous interroger, vous surprendre, vous ravir, vous attendrir… en tout cas, il ne devrait pas vous laisser de marbre…

Vivement la prochaine séance de travail !